,

Exposition « L’Arbre » à la Bibliothèque

Exposition à la bibliothèque "L'Arbre"

du 10 au 28 juillet à la Bibliothèque Robert-Louis Stevenson

Vernissage 10 juillet 18h30

Acryliques, gravures, aquarelles, encres

 

L’arbre est un élément essentiel de la vie.

Cette constatation simple peut être faite autant par un forestier, un botaniste qu’un artiste. Chacun dans son domaine, qui n’est pas aussi éloigné qu’on pourrait le croire, considère que l’arbre est le plus fidèle compagnon de l’homme.

Trois artistes ont décidé de conjuguer leur talent.

Venez les découvrir lors du VERNISSAGE qui aura lieu le Mardi 10 Juillet à 18h30 à la bibliothèque Robert Louis Stevenson du Monastier-sur-Gazeille.
Nous vous y attendons nombreux !

Exposition à la bibliothèque "L'Arbre"


Sylvia Perovic

Peintre-graveur, membre de la Société des artistes

J’ai toujours su que la Nature guiderait ma vie. J’aime m’imprégner de la substance vive des éléments naturels. Je les vis. Je me les approprie. Je tente ensuite de les transcrire sur mes toiles, mes gravures, mes dessins. De même que chaque matin apporte une nouvelle lueur, chaque création apporte un éclairage différent et aussi un nouveau défi. Je suis constamment à la recherche de nouveaux supports, de nouvelles matières et de nouvelles harmonies.

 

Catherine Cohen (Katia Lou)          

Illustratrice (aquarelle, gravure, crayons, encres), professeur des écoles à la retraite

Le goût du dessin m’accompagne depuis l’enfance. J’aime le trait précis et fin, j’aime les couleurs. J’explore le dessin d’imagination mais aussi l’observation de la nature, une façon de m’y ancrer, d’entrer en résonance avec les éléments, comme une méditation. J’ai travaillé en gravure cette année à partir de mes carnets de voyage et croquis de randonnées.

 

Sylvain Josserand

Poète-écrivain-plasticien, membre de la Société des gens de lettres

Créer pour moi, c’est se relier avec l’indicible en moi. Etablir un pont avec les forces contraires qui régissent mon monde intérieur. Je ne dessine ni ne peins ce que je vois, mais ce que je ressens. En associant les aquarelles-encres avec les haïkus, en réalisant des acryliques ou des oeuvres multimédias, en dessinant des formes dans des arbres, j’offre à tout un chacun — comme dans la démarche de l’écriture — une ouverture vers sa part d’ imaginaire.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *